Je vais vous parler ici de mon premier Ultra Trail et de l’acquisition de mes premiers points ITRA qui sont dans la continuité de mon projet de participer à l’Ultra Trail du Mont Blanc. Naturellement je prendrais un peu plus le temps pour revenir sur cette course particulière, qui marque mon entrée dans les compétitions d’Ultra Trail.

Le contexte :

Le trail des Seigneurs est un Ultra Trail qui se déroule sur 2 jours (comme si un seul ne suffisait pas…) dans le massif des Vosges. Il se compose d’une première étape de 74km (2500D+) connue sous le nom de : Trail des Seigneurs le samedi et d’une seconde de 25km (1000D+) le dimanche : la MAC VI (au total 99km et 3500D+). Au final un peu plus de 103 km et 4000D+ se sont affichés sur la montre des runners qui sont parvenus à terminer cette double course.

Cette course arrive 1 mois après mon RP sur le semi de Paris et surtout c’est la première fois que je vais courir plus de 40km à la suite. Autant vous dire qu’avant d’arriver sur place j’en ai déjà les chocottes. En ce qui concerne le week-end, j’ai décidé de prendre ma journée du vendredi pour faire la route et de louer un airbnb pour le week end. Le plus compliqué sera de repartir de Nierderbronn les Bains le dimanche après la seconde course pour reprendre le boulot le lendemain.

En ce qui concerne mon plan de course, j’ai décidé de faire en fonction de mon corps et de l’écouter tout au long de l’épreuve. Je me suis fixé l’objectif de terminer en moins de 10 heures cette première épreuve et surtout de finir, car je veux avant tout marquer les 5 points qui récompensent cette double épreuve.

Pour la nutrition j’ai opté pour un mix solide/liquide avec des gels énergisants, des compotes, de l’eau et des barres énergétiques. Je compenserais les manques durant les 4 ravitaillements proposés sur le parcours.

 

JOUR 1 : Trail des Seigneurs

1 – 26km :

La course démarre à 7h, aux premières lueurs du matin. Un tour de stade en guise d’échauffement et un peu plus de 500 coureurs sont lâchés dans le massif vosgiens. La première partie de course n’est pas la plus compliquée ; un peu de dénivelé, de la descente et du faux plat montant sont au rendez-vous.

Les jambes répondent parfaitement aux premières difficultés du jour. Il m’est difficile de trouver un groupe avec qui me fixer pour avancer mais je garde quelques concurrents en ligne de mire pour garder mon allure. J’arrive au ravitaillement en 2h43. Un peu moins de 10km/h de moyenne qui me vont pour le moment à merveille.

26 – 42km :

Je décide au ravitaillement de remplir seulement ma gourde d’eau et partir sur la première grosse ascension sans prendre le temps de récupérer. Les 16km qui séparent les 2 points de ravitaillement sont annoncés comme étant l’enchainement de petites bosses et de descentes plus ou moins techniques. Le parcours est très plaisant et nous garde au frais.

Pourtant c’est bien cette partie qui va m’en faire voir de toutes les couleurs. Les « petites » bosses sont au final de sacrés morceaux dans lesquels je laisse beaucoup d’énergie. J’arrive tant bien que mal au second ravitaillement et je vois qu’à un peu plus de la mi-course je suis déjà à 5h30 de course. Je prends cette fois-ci le temps de me ressourcer, de m’asperger le visage d’eau et de recharger un peu les batteries.

42-56km :

Je repars après 10 minutes où j’ai pu récupérer, m’hydrater et parler avec un autre runner, un certain DAVID que je retrouverai plus tard. Cette partie de course est annoncée comme moins compliquée que la précédente, avec une longue côte en forêt et surtout beaucoup de plat (faux plat montant …).

Le gros plaisir de cette partie c’est de passer entre les ruines d’anciens châteaux de la région. Les paysages sont magnifiques et le plaisir des yeux vient soulager la lourdeur des jambes. C’est aux alentours du 49ème kilomètre dans un faux plat que je suis pris d’un gros coup de fatigue. Je décide de ressortir les bâtons pour m’aider dans un long faux plat montant. Il n’en fût rien, mon corps ne voulait plus fournir aucun effort. C’est alors qu’une lutte entre mon corps et mon esprit prend forme pour ne pas lâcher et au moins pousser jusqu’au prochain ravitaillement. J’arrive tant bien que mal à ce ravitaillement, je suis à un peu plus de 8h45 de course et je sais déjà que les 18 derniers kilomètres seront très longs.

56-74km :

Je me repose encore un peu plus longtemps à ce ravitaillement qu’au précédent. Je me motive et les encouragements de la foule vont de pair avec cette inlassable envie de terminer cette course. Il reste un ravitaillement vers le 68ème kilomètre mais ces 10km entre les 2 ravitaillements sont des plus compliqués avec un très fort dénivelé et peu de zones pour souffler et reprendre de précieuses minutes.

Je retrouve David dans l’une des côtes, pour qui la fin de course est compliquée (finalement il m’annoncera 1 semaine après qu’il souffrait du syndrome de l’essuie glace depuis le kilomètre 35) et nous nous aidons mutuellement pour monter cette dernière grosse partie de course. Les kilomètres défilent et n’allant pas mieux, je me décide à lâcher David pour finir ma course tant bien que mal.

J’arrive au dernier ravitaillement, on m’annonce qu’il reste 8km de descente. Des descentes très techniques dans lesquelles je me veux très prudent pour éviter une chute liée à la fatigue. J’enchaine les kilomètres, le moral revient. J’entends les nombreux spectateurs présents applaudir au loin les finishers. Je donne tout ce qu’il me reste pour conclure cette première partie de course en 11’43’’22.

Temps officiel 11’43’49 – 323 / 550 participants.

JOUR 2 : la MAC VI

Je ne suis pas resté longtemps après la course. Il faut dire que je devais déjà penser à préparer le lendemain et soigner les bobos. Je rentre vers 20h à l’appartement pour soigner les ampoules et enchainer avec un bain gelé et quelques massages pour récupérer. Je reprogramme un bain glacé dès le réveil pour m’assurer que les jambes répondront pour cette deuxième épreuve qui débute sur les coups de 10h.

Je dois vous avouer que jamais je n’ai pensé pouvoir terminer cette deuxième course tant les courbatures étaient fortes et les ampoules aux pieds me faisaient mal. Après un échauffement express pour me préparer au combat du jour, il est temps de se mettre sur la ligne de départ et de donner tout ce qu’il me reste. Au programme 25km et 1000D+ avec pour simple objectif, terminer et marquer mes 5 premiers points ITRA.

1-12 km :

La première partie de course reprend les chemins empruntés la veille avec une longue montée avant d’enchainer les parties montantes et descendantes jusqu’au ravitaillement prévu au 12ème kilomètre. Après avoir un petit marché dans la première côte, je me rends compte que mes jambes répondent bien et que les douleurs commencent peu à peu à se calmer (sauf pour les ampoules…). La première partie est vraiment agréable et jusqu’au premier ravitaillement je me sens vraiment bien.

12-19km :

La deuxième partie de course est un petit peu plus compliquée. Une longue côte me rappelle que j’ai déjà plus de 90 kilomètres dans les jambes. Heureusement le mental est toujours au beau fixe et le second ravitaillement me tend les bras. Nous croisons les coureurs de la course du 43km qui en terminent en même temps que nous.

Une fois un ravitaillement express pris, il reste environ 7km de partie plutôt descendante. Le moment de tout lâcher.

19-26km :

C’est la fin, on entend au loin la foule et ces 7 derniers kilomètres sont la partie de course dans laquelle je me lâche enfin et m’exprime librement en descente. Sur des parties moins techniques et plates je tourne à environ 12km/h et double de nombreux concurrents. On en vient même à se faire une petite course avec un concurrent rencontré la veille et que je retrouvais en cette matinée. Et alors qu’il pensait m’avoir lâché à 1,5km de la fin, je déboule à 17km/h dans la dernière descente pour le doubler. J’ai même le droit à un petit commentaire « Oh put*** comment tu fais pour courir si vite après tant de kilomètres. ». Je franchis la ligne d’arrivée avec un sourire qui révèle toute la joie et la satisfaction personnelle d’avoir fini mon premier Ultra Trail.

Temps officiel : 3’25’’39 – 395/700 participants

Temps final : 15:09:28 – 120 / 225 participants

Mon retour :

Que dire à part un grand MERCI à toutes les équipes qui ont organisé et participé à faire de cette course une si belle épreuve. Vous avez été géniaux !!
Le second point c’est pour remercier tous mes amis qui m’ont soutenu pendant ce week-end. Vous n’avez pas pu venir avec moi en ce jour mais vos nombreux messages et encouragements m’ont permis de me dépasser pour avancer un peu plus dans mon projet de participer à l’UTMB.
Les paysages sont magnifiques, le parcours tout autant. Alors foncez sur cette course qui vous fera voyager dans les paysages du massif vosgien.

Le site officiel de la course : ici

Pour plus d’infos sur le parcours :

Un commentaire
  1. Un grand bravo à toi Mathieu pour avoir réussi à terminer ton premier Ultra Trail ! Et bon courage pour tes prochaines courses et l’obtention de tes points pour l’UTMB 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *