Le contexte :

C’est le premier Trail de ma saison 2019, qui vient s’ajouter à ma préparation du Marathon de Paris. Convaincu par des amis quelques jours plus tôt, je me suis donc mis en tête d’aller peaufiner ma préparation avec un Trail nocturne dans la forêt d’Igny. Au programme du jour : 17km, 500D+ et de belles chutes…

La course :

Cette course est l’occasion de retrouver des personnes rencontrées sur le Semi-Marathon des Sables au Pérou, comme notre championne Gaëlle, ou encore Vincent et Jérémy, les inséparables amis. À quelques minutes du départ je croise 5 valeureux gaillards de la Team Trail Paris, venus également affronter les chemins boueux de la région.

En ce début du mois de février, il fait bon, il ne pleut pas et toutes les conditions semblent réunies pour une belle course.

1-8km :

Il est 18h30 le départ est donné, avec pour nous réchauffer un démarrage en côte. Je me place bien en tête de course et après seulement 1km, un problème de balisage envoie tout le peloton de tête dans la mauvaise direction. Par chance, je sens le bon filon et décide de suivre un coureur qui connait le parcours. Je me retrouve sur les devants de la course, l’histoire de quelques secondes.

Ce petit coup de pouce me permet surtout d’appréhender les premiers single dans une bonne position et ainsi de ne pas rester bloqué dans le gros du peloton. Les petites montées et descentes s’enchaînent, le dénivelé n’est pas énorme mais le parcours est très gras et le rend ainsi plus technique que prévu.

Les chutes s’enchaînent devant moi, un coureur est contraint à l’abandon dès le 4ème kilomètre suite à une mauvaise réception en descente. Ma première chute intervient peu de temps après, plus de peur que de mal, c’est dans la boue.
On le sait, le problème des courses nocturnes est le manque de visibilité et quand on court en groupe, il faut savoir garder ses distances pour bien voir où l’on pose le pieds. Je décide donc de continuer à partir du 5ème kilomètre tout seul et de me dissocier du groupe devant moi pour plus de sécurité.

Je continue donc mon bonhomme de chemin, seul, entre 2 groupes à quelques centaines de mètres d’écart. Avec l’enchaînement de single, c’est sûrement une sage décision pour progresser sans prendre de risque.

8-17km :

On arrive rapidement à la moitié de la course et les jambes commencent à être lourdes. Je décide de lever un peu le pied, l’objectif reste de prendre du plaisir et de ne pas se blesser.

Les 9 derniers kilomètres sont comme l’aller, avec des portions roulantes MAIS toujours aussi boueuses et des petites relances en côtes.
La seconde chute arrive au 13ème kilomètre, cette fois-ci c’est l’épaule qui encaisse le choc. Peu de temps après, sur une descente anodine, je manque de vigilance et chute à nouveau, en mode “superman” (je vous laisse imaginer…). À peine relevé, je me tape le genou dans un tronc d’arbre et rechute. On se croirait presque dans un sketch raconté de cette manière mais pour quelqu’un qui n’est pas habitué à tomber, cette course m’en a fait voir de toutes les couleurs.

Malgré 2 places perdues suite à mes déconvenues, il ne reste plus qu’une petite côte à gérer avant une belle descente de bitume vers l’arrivée et le passage dans la mairie d’Igny.

Temps final : 1’31”11 – 26/610 inscrits

Mon retour :

Une belle course nocturne comme on les aime. Un peu de dénivelé, un terrain gras, des chutes et une bonne ambiance. La course se termine dans la bonne humeur autour d’un vin chaud et une tartiflette.

Un grand merci à toute l’organisation, les bénévoles, pour cette belle épreuve.

Pour plus d’informations sur la course, je vous laisse la page Facebook de l’organisation.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *