En partenariat avec i-RUN et GORE-TEX BRAND

Pour vous remettre dans le contexte, j’ai eu le privilège de partir 1 semaine en Corse grâce au projet commun entre I-run et Gore-tex pour tenter de finir le GR20 en 5 jours avec 3 amateurs que sont Guillaume, Louise, Agathe et en la compagnie de 3 acteurs majeurs du Trail, Sylvaine Cussot, Yoann Stuck et Guillaume Peretti. Je vous laisse donc lire ces quelques mots et profiter des images pour vous rendre compte de la beauté mais aussi de l’exigence de ce parcours.

JOUR 1 : ARRIVEE À CALENZANA :

Départ 11 heures pour moi en ce lundi 24 septembre. Après quelques textos, j’apprends que Guillaume, Sylvaine et Manu (directeur de I-run) prennent tous les 3 le même vol que moi. Nous faisons donc le voyage ensemble et rejoignons Caroline (responsable Marketing Gore-Tex) qui gère toute la logistique, les transports pendant cette semaine et qui nous accueillera après chaque étape.

Une fois restauré, nous prenons la route de Calenzana, Manu en profite pour nous faire découvrir la Citadelle de Calvi. C’est déjà le moment de sortir les appareils pour immortaliser ce moment. Une fois notre shooting réalisé, nous prenons la direction du GR20 pour y retrouver Guillaume Peretti et Brice, qui sera notre guide pour la semaine. Agathe et Yoann arrive peu de temps après nous et Louise pendant la nuit suite à un soucis de transfert.

Nous profitons de cette première soirée pour faire le point sur cette semaine et tous apprendre à nous connaitre. J’en sais déjà davantage sur Sylvaine est ses pieds (une sacré histoire de pieds quand même cette semaine).

JOUR 2 : CALENZANA – HAUT ASCU / 25,5KM- 3100M D+

Réveil 5h20, ce qui sera au passage le réveil le plus tardif de la semaine.. Quelques photos de toute la team, les frontales allumées et un petit peu de musique de notre DJ Yoann et nous débutons notre première journée. Après quelques kilomètres roulant et un magnifique levé de soleil, Guillaume nous prévient que l’on va rentrer dans le vif du sujet. Au programme de la journée mais qui sera finalement le programme de la semaine : des sentiers techniques, des cailloux, des cailloux et encore des cailloux.

Après quelques heures, nous arrivons finalement au refuge « d’Ortu Di u Piobbu » pour nous restaurer. C’est le ventre un peu lourd que nous repartons pour le gros du dénivelé. Je précise le ventre “un peu lourd” car pour moi c’est loin d’être un moment agréable, j’ai du mal à digérer et la longue montée est déjà un supplice. S’ensuit une longue descente technique qui nous mène jusqu’à notre logement pour la nuit. Ce soir c’est grand luxe avec un hôtel et un bon restaurant.

Temps de course : 8h40

JOUR 3 : HAUT ASCU – COL DE VERGHJU / 23KM – 2100M D+

C’est un nouveau réveil aux alentours de 5h30. Le soleil n’est pas encore levé, que nous prenons le départ de cette seconde étape, un petit peu courbaturé de la veille.

Comme précisé la veille lors du point journalier, nous entamerons la journée avec un peu plus de 1200m de D+ en seulement 5KM pour atteindre les 2600 mètres d’altitude. La montée se déroule bien, on avance à un bon rythme. mais pour autant le passage par la Pointe des Eboulis et assez intense, comme le dit si bien Brice “on avance d’1 mètre et on recule de 3”. Le terrain est très accidenté, les portions montantes sont de réelles difficultés pour nous. Arrivés en haut, la vue est tout simplement magnifique.

On enchaîne ensuite avec une longue descente technique, qui casse les jambes puis quelques kilomètres roulants qui nous permettent d’allonger la foulée avant une nouvelle côte, quelques 600D+ sur 2km. On grimpe comme on peu (à la limite de l’escalade par moment) pour finalement rejoindre le refuge de “Ciottulu di i Mori”. Vous y retrouvez les toilettes avec la plus belle vue du monde d’après les échos de quelques-uns de mes camarades …

Une fois restaurés, nous terminons la journée avec une longue descente ROULANTE qui nous mène jusqu’à notre gîte. Cette fois-ci c’est tous dans la même chambre pour profiter des ronflements de Yoann.

Temps de course : 7h10

JOUR 4 : COL DE VERGHJU – VIZZAVONA / 41KM – 2650M D+

À peine le temps de récupérer, il est 4h40 et le réveil vient nous rappeler que la journée la plus difficile de la semaine est devant nous. Pour ma part les jambes vont de mieux en mieux, les courbatures s’estompent au fur et à mesure que les journées s’enchaînent.

On part pour quelques kilomètres roulant avec une belle ascension qui nous mène à l’endroit qui m’a le plus envoûté sur place : le LAC DE NINO. Cette matinée est fort appréciable pour nos jambes car nos profitons des quelques 15 kilomètres de portions roulantes pour avancer à rythme soutenu.

Mais après le plaisir, le GR20 vient nous rappeler pourquoi il est connu comme l’un des chemins de randonnée les plus compliqués d’Europe. Au programme 800D+ sur 4km et une intervention de Brice pour venir en aide à Sissi qui doit soigner ses ampoules. On continue avec une longue portion de crêtes, elles aussi très techniques avant d’arriver sur la dernière difficulté du jour : 900D+ sur 5km. On tape dans les réserves et on monte cette portion en une petite cinquantaine de minutes avec Guillaume Molinier.

On termine la journée avec une longue descente technique puis un peu de chemin roulant pour finir dans un lieu charmant, avec des lits confortables et un excellent dîner. De quoi nous requinquer avant la fin de semaine.

Temps de course : 10h50

JOUR 5 : VIZZAVONA – REFUGE D’USCIOLU / 43KM – 2700M D+

Pour notre quatrième journée, le réveil est encore une fois très matinal, aux alentours de 4h45 pour un départ à 5h30. Les petits déjeuners se font de plus en plus silencieux. On sent la fatigue peser sur les organismes.

Pour cette 4ème journée, nous débutons avec une belle côte roulante en forêt. À l’arrivée un magnifique levé de soleil. Nous poursuivons avec une grosse dizaine de kilomètres roulants, durant lesquels chacun peut s’exprimer.

Le reste du parcours est comme à son habitude technique, de la caillasse en montée et en descente. Mais bizarrement le corps commence à s’habituer à cette technicité.

On termine notre journée au refuge d’Usciolu, où nous dormirons en tente. Les douches sont à l’eau froide (on peut même dire gelée) mais le moral des troupes est toujours à son maximum. On dîne tous dans la bonne humeur et Guillaume puis Brice prennent la guitare pour nous faire part de leur vocalise. Encore une belle soirée.

Temps de course : 9h

JOUR 6 : REFUGE D’USCIOLU – CONCA / 41KM – 2300MD+

C’est le dernier jour, une longue journée en perspective après une dernière nuit compliquée dans le froid. On prend un rapide petit déjeuner et notre dernière étape débute.

Pour entamer la journée, nous avançons le long des crêtes à la frontale, avant d’affronter une belle bosse mais qui passe plutôt bien : 700D+ en 4km. Une photo perchée avec Guillaume et une vue imprenable sur toute la Corse.

La suite du programme est quelque peu compliquée. Une longue descente TRÈS technique où la chaleur commence à nous prendre puis les fameuses aiguilles de Bavella. Un peu plus de 2km en 1h45 avec au programme de l’escalade, une descente qui se fait avec précaution et nous rejoignons Bavella. Malheureusement Louise doit dire stop à Bavella après avoir pris 45 minutes de retard à cause d’une blessure au genoux (on se retrouvera à l’arrivée).

Il reste 15-20km de chemins roulants, petites côtes mais le plus dur est derrière nous. On souhaite conclure de belle manière, alors on donne tout. On court tout l’après-midi, avec Brice aux fesses pour nous pousser. On termine ce GR20 au niveau de l’arche finale, avec le plaisir de retrouver Louise et Caroline.

Je crois que l’on ne réalise pas encore ce que l’on a fait. Que tous ses moments resterons à jamais gravés. Nous rejoignons Conca avec au programme une belle et longue soirée durant laquelle nous recevrons chacun un cadre Race Routes  qui nous permet d’immortaliser à jamais notre semaine.

Temps de course : 11h

JOUR 7 : RETOUR À PARIS

Toutes les bonnes choses ont une fin.. Après une semaine riche en émotions, un petit peu plus de 46 heures d’effort, il est temps de prendre la direction de l’aéroport et repartir à Paris. Je vous remercie toutes et tous pour cette semaine. Une ambiance excellente, des fous rires et anecdotes à foison.

Sur le plan personnel cette semaine m’a permis d’apprendre énormément sur mes capacités physiques et mentales. Après seulement 1 an dans l’univers du Trail, je suis plus que jamais conquis par cette pratique et l’ambiance générale qui y règne. Il me reste encore beaucoup de chemin à faire sur les sentiers du monde entier.

Si vous aussi vous rêvez de faire le GR20, voici comment prendre contact avec Brice, notre guide pour la semaine : https://www.a-piuma.com/

Pour suivre les aventures de mes camarades voici leur Instagram : 

Aucune montagne n’est insurmontable quand l’esprit a décidé d’y faire face