La 9ème édition du Triathlon International de Deauville prenait place le 26 et 27 septembre 2020 après avoir été décalée suite à la pandémie mondiale du début d’année.
C’était pour moi l’occasion de venir me tester sur ce type de course et me lancer un nouveau défi en compétition. La dernière fois que j’ai mis les pieds dans l’eau c’était pour me rafraichir sur la côte d’Azur, autant dire que mon niveau en natation remonte à 5 ans en arrière et ma première année en STAPS.

Au programme donc : 300m de natation, 23km vallonné vélo et 5km de course à pied. La PLS sera-t-elle au rendez-vous de cet évènement ?

 

Le coup de pouce de la météo :

Après une arrivée nocturne le vendredi soir avec 2 amis du Team ASICS FrontRunner France, une courte nuit, il est enfin l’heure de stresser et d’appréhender ce premier triathlon.

Des rafales jusqu’à 70km/h sont enregistrées au petit matin, la mer est déchainée et c’est finalement à 1h30 du départ que l’on apprend la nouvelle : la natation est annulée et remplacée par 2.5km de course à pied dont une bonne partie (environ 800m) se fera dans le sable. De quoi me rappeler au bon souvenir du semi-marathon des Sables fin 2018.

D’un point de vue personnel, c’est une très bonne nouvelle car je suis très à l’aise en course à pied et je découvre par la même occasion le duathlon. Néanmoins ça me laisse tout de même sur ma faim car j’avais choisi ce format découverte du triathlon pour aussi avoir l’occasion de nager et me tester dans cet univers. Ça sera surement pour l’année prochaine !

 

La course :

Le vélo est posé dans le parc, la tenue est prête, on est maintenant à 30 minutes du départ, en trifonction et clairement il fait froid. Un petit échauffement d’une bonne quinzaine de minutes me met dans l’ambiance avant de débuter la course. Le choix de l’organisation du triathlon se porte sur un départ en rolling start toutes les 3 secondes.

 

Premier tour de CAP :

Le départ est donné, je pars environ 2’30 après le premier coup de sifflet. Les premiers pas dans le sable me font vite monter le cardio. Le parcours est ponctué de nombreux virages avant de finalement rejoindre le parc à vélo. Je m’en sors avec le 13ème meilleur temps en 9’11 avant de rejoindre mon vélo. Après une transition express (7e temps) le vélo débute enfin, ou presque…

Un vélo épineux :

Après une très belle transition sur laquelle j’avais décidé de ne pas mettre directement mes chaussures et de le faire sur le vélo je me rends compte de la difficulté du mouvement et de la nécessité de le travailler.
Une concurrente me percute pendant ma difficile mise en place et m’oblige à poser le vélo pour finalement perdre 3 bonnes minutes dans cette histoire.
Après une grosse relance en vélo pour me refaire, débute enfin cette pratique sur laquelle je me sentais un poil plus solide.
Le parcours exigeant et vallonné de Deauville m’aura mis dans le dur du début à la fin. Après la succession de 2 belles bosses et d’une grosse descente il est l’heure de revenir au parc et de rencontrer une nouvelle péripétie. Un concurrent bien trop pressé de revenir me roule littéralement sur la cheville et me fait hurler de colère. Je réalise une nouvelle bonne transition (19e temps) et repart au plus vite sur les 5km de course à pied pour rattraper mon retard.

Pour ma part c’est une vraie déception, 142e temps en 48’40, anecdotique.

Second tour de CAP :

Je démarre mon second tour encore énervé de cette mauvaise expérience et me fixe l’objectif de me faire vraiment violence. On m’avait prévenu, il faut « partir fort dès la sortie du vélo » et ce fût le cas. Les 4 premiers km sont écoulés en 3’45 de moyenne, je reprends de nombreux concurrents et n’en voit pas un seul me doubler.
Le dernier kilomètre entre sable et bitume vient me rappeler que la PLS n’est pas loin.

Je finis finalement ces 5km en 19’30 et 28e meilleur temps de cette portion.

Temps final : 1’19”54 – 36e/952 partants

Ce triathlon revisité en duathlon reste pour moi une vraie découverte positive, que ce soit dans l’ambiance de course au rendez-vous du début à la fin, une organisation carrée pour répondre aux attentes face à la pandémie et surtout dans la découverte de la pratique, des enchainements et de la gestion de course.
Merci à LOUBSOL pour cette invitation.

Un commentaire
  1. Bravo Mathieu pour ta performance même si l’épreuve était amputé de la natation
    Félicitations champion. Marcel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *